C’est parti pour la 20e édition du Black Movie!

En plus de marquer une nouvelle année, le mois de janvier est synonyme de rendezvous cinématographique d’importance à Genève: le Black Movie Festival International de Films Indépendants est effectivement réputé pour sa programmation audacieuse, éclectique et surtout passionnée qui donne la parole à des films internationaux minoritaires. La programmation de cette 20e édition reste fidèle à elle-même, en incluant des nouveautés attrayantes pour célébrer cet anniversaire.

« Neruda » de Pablbo Larraín (2016, Chili, Argentine, France, Espagne, USA)

Texte: Nastassja Haidinger

Les habitué·e·s le savent bien: pendant dix jours, une large sélection de films est projetée dans différentes salles, regroupée en sections thématiques. Les films sélectionnés proviennent des quatre coins du monde, et ont cette particularité d’être passés entre les gouttes des grands circuits de distribution. C’est pourquoi les festivalier·ère·s ont souvent eu la primeur de certaines réalisations africaines, orientales, asiatiques et sud-américaines, dont les cinéastes ont été par la suite récompensé·e·s dans plusieurs festivals à travers le monde. Les réalisations se déclinent sous de nombreuses formes, de la fiction à l’animation, en passant par le documentaire et le cinéma expérimental, et en incluant des longs et des courts métrages.

Les cinéastes sont aussi de la partie, étant toujours une vingtaine à se déplacer pour venir présenter leur oeuvre et pour échanger directement avec le public à l’occasion des fameux « Q&A » (questions/réponses) et des Nuits Blanches qui débutent à l’heure de l’apéro. En parallèle, tables rondes et masterclasses sont l’occasion de réfléchir aux projections et aux problématiques qu’elles soulèvent. Les plus jeunes ne sont pas en reste, puisque le festival organise chaque année le Petit Black Movie, dont la programmation comprend toujours des sujets à la fois essentiels et poétiques.

Pour sa 20e édition, le festival confirme son rayonnement global, en convoquant des œuvres qui ont transité entre autres par l’Argentine, le Danemark, la Syrie, le Sénégal, mais aussi le Japon et le Kirghizistan. À côté de productions récentes, à l’image de « Hotel by the River » du prolifique Hong Sang-soo, conte hivernal où différents personnages se réunissent et interagissent dans un hôtel à l’écart du monde, le festival propose cette année, en l’honneur de son anniversaire, une section « Carte blanche à… », soit une sélection de films choisis par des cinéastes étant déjà passé·e·s par le festival. Edouard Waintrop, qui a dirigé la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, participera à l’opération en proposant six films de la Quinzaine, dont le thriller métaphorique de Pablo Larraín, « Neruda », qui retrace un épisode singulier de la vie du grand poète chilien du siècle dernier.

En plus des cartes blanches, d’autres projets célèbrent cette 20e édition. Une exposition de photographies de Mehdi Benkler, sous la forme d’un blow up de portraits de cinéastes, sera présentée du 2 au 28 janvier à proximité du Pont Wilsdorf. Un programme sera diffusé dans une salle virtuelle provenant de l’univers Second Life, imaginée par l’artiste Cetusss, tandis qu’une autre exposition nous présentera des marionnettes et des décors filmiques du Petit Black Movie.

Du 18 au 27 janvier, c’est à un voyage autour du monde que vous convie le festival.

Laissez-vous surprendre et immergez-vous!
www.blackmovie.ch

2019-01-04T14:07:34+00:00