Concerts d’été à Saint-Germain2018-07-02T09:12:00+00:00

Notes de fraîcheur pérennes

Quatuor Terpsycordes. Photo: Taco Van Der Werf

Les Concerts d’été à Saint-Germain, petits formats d’une douce heure de musique classique en fin d’après-midi, dans la fraîcheur bienvenue de l’église, sont devenus une institution à Genève. Un format particulier, presque encore confidentiel, qui a su garder son identité depuis sa création en 1972.

Texte et propos recueillis par Katia Meylan

Une identité caractérisée par une diversité de genres, allant du baroque à la musique contemporaine en passant par le romantisme. La palette d’invité·e·s, comptant des chanteurs·euses aussi bien que des musicien·ne·s de formations de chambre ou des artistes de théâtre en musique, est également une marque de fabrique des Concerts d’été. Leur conseiller artistique Girolamo Bottiglieri n’a d’ailleurs rien souhaité modifier de leur format, depuis quatre ans qu’il s’attèle avec passion à cette fonction. En effet, la programmation, tout comme l’organisation, est une oeuvre commune du président Bernardino Fantini ainsi que du comité, toutes et tous bénévoles. “J’affectionne cette formule, presque parfaite, avec son petit côté artisanal très touchant”, sourit Girolamo.

Le musicien, violon solo de l’OCG, y a en revanche apporté son réseau de connaissances, très international. Également violoniste de l’ensemble Terpsycordes qui jouera en ouverture de saison, cet italien installé en Suisse depuis vingt ans le dit haut et fort: quoi de mieux que Genève pour des rencontres tous azimuts? Ayant tissé des liens avec le Concours de Genève depuis que Terpsycordes l’a remporté en 2011, Girolamo a à cœur d’inviter l’incontournable événement genevois aux Concerts d’été. Cette année, la collaboration permet de réunir le Quatuor Hermès, Premier Prix du Concours de Genève 2011, et trois musicien·ne·s français·e·s (Sarah Louvion à la flûte, Émilie Gastaud à la harpe et Renaud Guy-Rousseau à la clarinette). Les 29 et 30 juillet, ils et elles interprèteront le septuor de Ravel, suivi d’une création suisse de Philippe Hersant, qui résonneront avec un quatuor à cordes de Debussy dont on célèbre le 100e anniversaire de la mort cette année.

L’invitation du Consone Quartet réunit à elle seule deux autres spécificités des Concerts d’été à Saint-Germain, celle d’affectionner les œuvres exécutées sur instruments d’époque, et une volonté – certes répandue de nos jours – de valoriser les jeunes musicien·ne·s. Girolamo découvre ces Londoniens en 2016 au Festival d’Ambronay en France, et a par la suite la possibilité de les coacher deux fois. Aux premières loges pour déceler leur talent, il les invite cette année dans le cadre du Projet Jeunes Interprètes. L’ensemble Harmoniche Sfere dirigé par Paolo Corsi, ancien élève de la HEM, est également une nouvelle recrue des Concerts, et présentera son programme baroque vénitien avec lequel il partira ensuite en tournée en Italie.

Ces jeunes musicien·ne·s au début de leur carrière prendront part à un projet qui perdure depuis bientôt un demi-siècle, et que quelques artistes confirmé·e·s fréquentent fidèlement: citons le clarinettiste Lorenzo Coppola, entouré de la mezzo-soprano Manuela Custer et de la pianiste Cristina Esclapez, qui interpréteront en juillet un programme de lieder de Schubert et Spohr, ou encore l’ensemble Cantica Symphonia, qui reviendra dans cette église en août pour des Motets et des Litanies de Josquin des Prés, sur instruments historiques.
Le coup de coeur de Girolamo cette année est pour les français·es de Canticum Novum, dont il avait découvert le spectacle jeune public “Hayim, Toledo 1267” avec sa fille de cinq ans. Même s’il témoigne d’une brochette d’enfants scotchés au premier rang durant toute l’heure de concert, il ne voit toutefois pas ce théâtre musical de jeu d’ombres destiné uniquement aux petit·e·s. Il a été lui-même émerveillé, ressortant avec la résolution de proposer aux artistes de jouer ce même spectacle à Saint-Germain.

“Hayim, Toledo 1267” © Pichène

István Várdai

Máté Szűcs

L’ensemble Terpsycordes aura la tâche d’ouvrir cette belle saison les 1er et 2 juillet, avec “Verklärte Nacht” de Schönberg dans sa version originale pour sextuor à cordes, et le Sextuor à cordes no 1 en si bémol majeur op. 18 de Brahms. Le quatuor sera accompagné de deux stars du monde du classique, István Várdai au violoncelle, et Máté Szűcs à l’alto. Si le premier, lauréat du Concours de Genève en 2008, a souvent eu l’occasion de jouer aux côtés de Terpsycordes, ce n’est pas le cas du second, recommandé par son compatriote hongrois. Girolamo
est confiant dans le fait que le violoncelliste fera lien entre eux. Il nous rappelle que l’un des atouts de Saint-Germain est de favoriser les rencontres. “On jouera ensemble pour la première fois deux jours avant le concert” dit-il les yeux brillants. “Mais c’est une pointure”.

Le comité rejoue le pari, d’années en années, d’offrir ces dix propositions musicales de qualité en entrée libre, ce qui ajoute au charme spontané de ces Concerts d’été.

Les Concerts d’été à Saint-Germain
Les dimanches et lundis à 18h30, du 1er juillet au 3 septembre
Retrouvez la programmation sur
www.concertstgermain.ch

 

Le Quatuor Terpsycordes, ayant
plusieurs styles à son archet, jouera
avec le bandonéoniste William
Sabatier le 25 août à 18h lors des
concerts de l’Été du Parc Bertrand.
Accompagnés de deux danseurs·euses
de tango argentin, ils proposeront un
programme hybride, entre tango et
chansons d’Edith Piaf, retranscrites
par William Sabatier. L’album, intitulé
“Les Hommes de Piaf “, sortira en
septembre prochain.