Piano et Clarinette 73e Concours de Genève

Suspense, émotion, virtuosité: trois mots-clés qui, dans une vidéo remémorant allegretto les éditions précédentes du Concours de Genève, donnent le ton. Cette année, du 29 octobre au 14 novembre, les jeunes pianistes et clarinettistes sélectionné·e·s brilleront le temps de deux récitals, d’une demi-finale et d’une finale, pour qui cheminera jusque-là. Tout au long de ces deux semaines et demie, le public pourra entendre des œuvres de toutes les époques et le Concours, honorant sa réputation, fera la part belle à la musique contemporaine.

Texte: Katia Meylan

Photo: Bertrand Cottet

À chaque édition, différentes facettes de la musique sont mises à l’honneur. La clarinette n’avait plus eu de concours attitré depuis 2007, mais c’est désormais chose faite! 42 candidat·e·s sont en lice, provenant de 14 pays différents. Lors de la finale, seul·e·s trois d’entre eux·elles interpréteront le Nocturne II pour clarinette et orchestre de Jaehyuck Choi, lauréat du Concours de composition en 2017. Ils·elles seront accompagné·e·s par l’Orchestre de chambre de Genève, qui avait joué la pièce en première mondiale l’année dernière, sous la direction de Pierre Bleuse.

Le piano quant à lui verra sa finale accompagnée par l’Orchestre de la Suisse romande dirigé par Peter Oundjian. Dans une liste de concertos de Beethoven, Bartok, Brahms, Chopin, Liszt, Prokofiev, Ravel, Saint-Saëns et Schumann, les pianistes interpréteront l’oeuvre de leur choix.

Tenues le 8 novembre au Victoria Hall pour le piano et le 14 novembre au Bâtiment des Forces Motrices pour la clarinette, ces ultimes étapes seront diffusées en direct sur Espace 2.

Plus qu’une compétition internationale de musique, le Concours de Genève s’investit chaque année dans la promotion et le soutien des grand·e·s artistes de demain… quitte, comme le note avec humour son président Didier Schnorhk, à les materner un peu. Coaching, production de CD, tournées, autant de programmes destinés à aider les musicien∙ne∙s à l’aube de leur carrière.

Mais avant cela, il faudra séduire le public et le jury…

73e Concours de Genève – International Music Competition
29 octobre – 14 novembre 2018
www.concoursgeneve.ch

Photo: Uwe Neumann

Cédric Pescia. Photo: Uwe Neumann

Shirley Brill, 2e Prix 2007. Photo: Bertrand Cottet

.

.

Questions à Cédric Pescia, membre du Jury

Réputé pour laisser une grande liberté dans le choix du répertoire, le Concours de Genève reçoit chaque année plus de candidatures. En 2018 ce sont 250 pianistes ont soumis la leur: autant de vidéos à visionner pour le jury de présélection, qui en a retenu 43. Nous avons posé quelques questions au pianiste Cédric Pescia, membre du jury dès l’étape des présélections.

La sélection s’est-elle jouée plutôt au coup de cœur ou sur certaines caractéristiques précises?
Cédric Pescia: Le premier critère que l’on recherche est une personnalité artistique, qui, sur des pièces que l’on connait tous très bien, a la capacité de dire quelque chose de personnel. On espère trouver la personne qui sera capable de toucher un public. À partir de là, en tant que jury professionnel, on veille à ce qu’il y ait une maîtrise de l’instrument et du style.

Avez-vous repéré certain∙e∙s candidat∙e∙s?
J’ai déjà en ligne de mire 3-4 personnes que j’ai trouvées exceptionnelles. Après, c’est une question d’endurance dans les différentes épreuves. C’est difficile de tenir le rythme des gros programmes, la pression… peut-être que d’autres qui étaient moins inspirants sur l’épreuve courte de la vidéo se révéleront sur scène, je reste très ouvert.

Pourquoi avez-vous accepté de faire partie du jury?
La compétition est quelque chose de très éloigné de moi, et je trouve compliqué de mettre les gens en parallèle. Mais cela me permet d’avoir un panorama de ce qui se fait aujourd’hui dans le monde du piano à l’international. Et avec le recul, je sais que le seul concours que j’ai fait a complètement changé ma carrière; j’ai pu jouer en concert, faire des disques, devenir professeur, et être maintenant bien installé. Si je peux contribuer à trouver une personne et lui donner cette même opportunité, je veux le faire.

Quelle épreuve vous réjouissez vous d’entendre?
L’épreuve de musique de chambre (ndlr: la demi-finale). Je pense que le Quintette de Mozart pour piano et 4 instruments à vents est nouveau pour la plupart des candidats, il ne fait pas partie du répertoire individuel. C’est une oeuvre que j’adore et je pense qu’on pourra y entendre beaucoup de choses, dont la capacité de respirer avec les souffleurs, la capacité d’imagination, et celle de partager, qui est essentielle dans la musique.

2018-10-31T17:15:48+00:00