Le Festival de la Cité, un système parallèle

En juillet, le Festival de la Cité reprend ses quartiers en vieille ville, et marque la quatrième édition de Myriam Kridi à la tête de sa programmation. L’heure est désormais à la construction, “sans controverse ni pression”, sourit la directrice. 180 représentations entre théâtre, danse, performance, musiques classique et actuelle seront réparties sur 6 scènes ou dans les lieux devenus artistiques pour l’occasion. Le tout sur des bases solides: une offre entièrement gratuite, et une programmation en marge des sentiers battus.

Texte: Katia Meylan

Juillet 2018 rappelle Mai 68 et l’Histoire devient source d’inspiration: “L’imagination au pouvoir” résonne cinquante ans plus tard chez l’équipe du festival. “En tant que structure, nous avons une responsabilité de création!”, s’enthousiasme Myriam Kridi, pour qui il est impensable d’inviter des artistes et de leur laisser faire tout le travail. Le festival se donne pour mission que chaque événement acquiert un “surplus de sens” au travers de l’endroit qui l’accueille. Ainsi est instauré un “dialogue entre édifices patrimoniaux et création contemporaine”.

“Bains Publics”. ©3615Dakota

Si Lausanne compte de superbes lieux, il faut avouer que certains autres sont, à l’inverse, plutôt repoussants. La bruyante place du Tunnel en est un exemple, destinée au trafic, et certainement pas à la détente… jusqu’à l’arrivée des “Bains Publics”! Au moyen de leur installation de thalassothérapie urbaine, les collectifs 3615 Dakota et Les 3 Points de Suspensions comptent réhabiliter la place dans les esprits, en y créant du lien entre le gens, du lien avec les éléments du quotidien qu’habituellement on ignore. D’un air pince sans rire, deux membres du collectif nous entretiennent sur Freud et Deleuze, sur notre rapport à la salade ou aux moutons et sur le bien qui pourrait résulter en leur jouant du Bach. Leur véritable laboratoire de recherche tiendra une permanence tous les soirs du festival et invitera les visiteurs·euses à participer à diverses performances, en peignoir, pourquoi pas?

“Le Schmurtz”. ©La Ménagerie

.

.

Une autre entreprise participative déambulera quotidiennement dans le festival: “Le Schmurtz”. Sous ce terme viannesque, une équipe de cinéastes réalisera de courts films en stop-motion , avec l’aide du public désirant s’essayer au rôle d’acteur·trice. Chaque soir, l’œuvre inédite sera projetée sur un grand écran à la place du Château.

Côté théâtre, La Compagnie Marielle Pinsard arrivera avec nouveau Talk-Show intitulé “Et à part la musique, qu’est-ce que vous faites?”, présenté par le journaliste Michel Zendali. Le premier épisode accueillera Mark Morris, auteur compositeur suisse, faiseur de tubes, mais lui-même resté dans l’ombre. La mise en scène sera en réalité un prétexte pour décortiquer avec humour le paysage musical francophone des dernières décennies, et se positionner par rapport au star system.

En en venant au star system on doit admettre que, loin de s’y conformer, la programmation du Festival de la Cité suit plutôt son propre système parallèle. Les exemples ci-dessus en témoignent, mais pour en être sûr·e·s, découvrez tous les 90 artistes ou compagnies invité·e·s sur www.festivalcite.ch.

Festival de la Cité

Du 10 au 15 juillet

Divers lieux en vieille ville de Lausanne

2018-07-09T11:15:32+00:00