Figaro 2017-08-28T08:54:12+00:00

Triple Figaro

Pour son début de saison, le Grand Théâtre de Genève frappe trois grands coups. Le Figaro de Beaumarchais s’installe à l’Opéra des Nations dans trois versions qui se succèdent et s’entremêlent. Le Grand Théâtre signe avec cette trilogie un projet ambitieux qui insuffle une atmosphère insolente et dramatique à la dernière année entre les murs du théâtre éphémère et sous la direction de Tobias Richter.

Un bol de crème à raser, un anneau, un oeillet… Trois étapes de la vie d’un homme, Figaro. Il joue les entremetteurs dans “Le Barbier de Séville”, se marie dans “Les Noces de Figaro” et se sépare dans “Figaro gets a divorce”. Présentée en collaboration avec le Welsh National Opera de Cardiff, la trilogie ne s’applique pas uniquement à retracer la vie du héros né au 18e siècle sous la plume du dramaturge Beaumarchais, mais aussi à nouer l’histoire de l’institution lyrique.

“Le Barbier de Séville” sera conduit par Jonathan Nott, une première pour lui avec le Grand Théâtre. L’actuel directeur de l’Orchestre de Suisse Romande perpétue ainsi la belle relation entre les deux structures. Tobias Richter offre pour ses dix ans au sein du Grand Théâtre une mise en scène des “Noces de Figaro”, laissant la direction musicale à Marko Letonja. Venu pour la première fois en 2015 avec “Guillaume Tell”, David Pountney resserre la relation avec le Welsh National Opera, dont il est le directeur, en mettant en scène le dernier volet des aventures de Figaro.

Le Barbier de Séville
Selon la légende, il n’aurait fallu à Rossini que treize jours pour composer son chef-d’œuvre aux airs impérissables. “Le Barbier de Séville” suit les amours du Comte Almaviva et de Rosine, contrariées par la jalousie de Don Bazile et bénies par l’intervention de Figaro. Malgré un début mitigé, “Le Barbier de Séville” est devenu un incontournable, exemplaire de l’opera buffa italien. Mise en scène par Sam Brown, cette pièce ouvre la trilogie le 12 septembre.

 

Les Noces de Figaro
Mozart nous fait passer du comique au tragique en mettant en musique les jeux du barbier, de Rosine, de Suzanne et de Figaro. La composition accompagne la confrontation amoureuse et la jalousie des personnages soumis à des sentiments extrêmes. Tobias Richter présente sa première mise en scène pour le Grand Théâtre dès le 13 septembre.

Figaro gets a divorce

Pourquoi les personnages de fiction échapperaient-ils aux statistiques? Comme un couple sur deux, Suzanne et Figaro suivent des destins opposés, séparés par le désir non satisfait de Suzanne d’avoir un enfant. David Pountney imagine cette histoire d’après “La Mère coupable” de Beaumarchais et “Figaro lässt ich scheiden” d’Horváth pour la compositrice Elena Langer. Créé en 2016, “Figaro gets a divorce” est présenté pour la première fois en Suisse à partir du 14 septembre.

La grande force de cette trilogie est de partager le même décor scénique, imaginé par Ralph Koltaï. Si les opéras forment séparément des œuvres complètes, chacun illumine certaines facettes des autres. Le Grand Théâtre propose ainsi une expérience insolite, celle d’aller à la rencontre d’un personnage terriblement attachant et emblématique de l’opéra.

 

Le barbier de Séville  Les 12, 16, 20 et 24 septembre

Les noces de Figaro Les 13, 17, 21 et 25 septembre

Figaro gets a divorce Les 14, 18, 22 et 26 septembre

Texte: Marie-Sophie Péclard
Photos: Richard Hubert Smith