Bain de boue et cure de rire

Dans une petite arène d’argile mouillée, un homme s’avance. Avec son complet veston tout propre, il s’efforce de ne pas tomber, de ne pas se tacher, de ne pas trébucher et, surtout, de ne pas perdre sa balle dans toute cette boue. Avec Gadoue, Nathan Israël propose un solo drôle et décalé qui devrait satisfaire les nostalgiques du bac à sable et les grand·e·s enfants qui  aiment faire des pâtés de terre. Un bain de boue dans lequel plonger les 8 et 11 janvier au Théâtre Forum Meyrin.

Texte: Mélissa Quinodoz

Photo: Ian Grandjean

C’est à Nathan Israël et Luna Rousseau, respectivement interprète et metteuse en scène, que l’on doit Gadoue. Imaginé en 2018 lors du festival UP! de Bruxelles ce spectacle s’inscrit dans la lignée de plusieurs autres projets créés par la Cie Le Jardin des Délices.

En faisant la part belle au courant dit du nouveau cirque, cette dernière s’efforce depuis quelques années de multiplier les œuvres audacieuses et de jouer avec les normes. Le résultat est souvent surprenant avec des pièces sensibles aux frontières de l’onirisme. Notamment, la compagnie aime mélanger les matières et les disciplines pour confondre les genres et faire de la scène un lieu d’expérimentations. Héros Fracas, oeuvre de 2016 sur la figure du héros, l’a ainsi amenée à jouer dans des contextes très variés comme des places publiques, un hôpital ou en prison alors que Corps et Crues, créé en 2017, a été l’occasion pour le collectif de travailler avec la plasticienne Bérengère Vallet.

Photo: Ian Grandjean

Dans Gadoue, le public assiste à un numéro un peu à part où le jonglage se mêle à l’humour. Un mariage réussi puisque l’on rigole franchement devant ce jongleur légèrement déjanté qui, tout en pataugeant dans la boue, « fait rouler sa sphère d’une main à l’autre, la fait transiter par sa nuque et, tout à coup, la propulse du bout de ses orteils au sommet de son crâne ». Un cirque de “l’hybridation” en somme qui, grâce à son format court mais efficace, devrait plaire au plus grand nombre. Gadoue, « c’est le plaisir de la patouille, le frisson du défendu, la joie du pas correct ». Au final, l’histoire simple et loufoque que nous conte Nathan Israël parle à tout le monde. Les enfants s’étonneront de ce spectacle complètement ahurissant et se demanderont ce qui peut bien se passer dans la tête de cet adulte si bien habillé qui patauge dans l’argile, se déshabille et finit par se rouler dans la fange. Pour les adultes en revanche, la performance résonnera peut-être différemment. On repensera au bac à sable, à la cour de récréation et aux soupes à la boue ou encore au simple plaisir de plonger ses mains dans la terre. L’expérience se révèle en définitive bien plus intime qu’elle ne le laisse initialement penser et promet un moment teinté de multiples émotions.

Gadoue
Les 8 et 11 janvier 2020
Théâtre Forum Meyrin, Genève
Informations et billetterie sur
www.forum-meyrin.ch