La Grand-Mère et la Petite Géante en visite à Genève 2017-09-08T16:53:55+00:00

La Grand-Mère et la Petite Géante en visite à Genève

Il y a trois ans, la possibilité de leur venue à Genève était déjà évoquée, mais murmurée, elle restait un rêve secret. Depuis quelques temps, elle est devenue une réalité et le mot se répand: les Géants arriveront à Genève le 29 septembre! Leur parcours exact reste à découvrir, mais en attendant, la ville se prépare et se réjouit d’accueillir ses hôtes comme il se doit.

Texte et propos recueillis par Katia Meylan

Photo: Pascal Victor, ArtComPress

C’est la compagnie Royal de Luxe qui est à l’origine de cette histoire, révélant que des Géants vivaient derrière le Mur de Planck, depuis le Big Bang il y a 13 milliards d’années. Dès 1993, les Géants ont sillonné le monde entier et ont rencontré les habitants de Liverpool, Limerick, Guadalajara, Santiago du Chili ou encore Montréal. On estime à 20 millions le nombre de personnes à les avoir vus.

En général, les Géants qui font le voyage restent trois jours dans une ville, et sont toujours accompagnés par les Lilliputiens de la compagnie Royal de Luxe qui les aident à se mouvoir. Dans chaque endroit, l’histoire qu’ils racontent et vivent avec les habitants est unique, prenant en compte les spécificités historiques et topographiques du lieu. Genève sera honorée de la présence de  la Grand-Mère, de la Petite Géante et de 80 Lilliputiens. Ils arriveront dans la ville et vivront leur vie de visiteurs; nous serons libre de les croiser, de suivre passionnément tous leurs gestes, ou de nous mettre nous-même au rythme des géants à 1,2 km à l’heure.

La Grand-Mère est le seul personnage à parler, dans un langage qui lui est propre. Ses histoires seront traduites par un comédien en français, en anglais et en langue des signes. Leur visite se fera en musique, grâce à quelques Lilliputiens “peu nombreux mais qui savent se faire entendre” depuis un camion à musique. Le dimanche, ils participeront à une grande parade, dans un immense cortège jusqu’à leur départ.

Pourquoi ces Géants-là ont-ils décidé de venir à Genève? La Grand-Mère avait-elle envie de raconter l’histoire de Gargantua à la Petite Géante? Est-ce l’air du lac, le jet d’eau ou le CERN et son collisionneur à particules qui les intrigue, car on revient aux sources de l’origine du temps et du chaos? On entrevoit un lien entre cela et le nom de l’histoire qui sera présentée à Genève: “Le chevalier du temps perdu”. Mais qui est ce chevalier que l’on nous annonce uniquement dans un titre? Peut-être un autre Géant, encore jamais aperçu dans aucune autre ville? Ce ne sont que supposition de notre part… car le mystère est bien gardé, même par Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge et initiateur de la venue des Géants, que nous avons rencontré.

À Genève, on prépare cette visite depuis des mois, Jean Liermier et Sami Kanaan en tête. Le premier connaissait déjà le théâtre de rue fédérateur de la compagnie Royal de Luxe. Il propose au second, conseiller administratif chargé de la Culture en Ville de Genève, de se rendre à Nantes pour assister à l’arrivée de la Grand-Mère. Tous deux sont profondément touchés par l’expérience.

Photo: Pascal Victor, ArtComPress

Pour eux, la venue des Géants à Genève est une évidence. “Au sens grec du terme, c’est un geste politique”, nous dit Jean Liermier, “par l’attention portée à la vie de la cité. Genève, ville internationale et multiculturelle par excellence, était en attente d’un événement artistique de cette envergure, susceptible de dépasser les frontières et de faire se déplacer des montagnes”. Et la tâche est à la hauteur des idéaux! La Ville et le Canton de Genève sont impliqués, mettant à disposition des services et du matériel. Des fonctionnaires sont spécifiquement dédiés à cet événement. Jean Liermier revendique que la venue des Géants n’appartient ni au Théâtre de Carouge ni à la Ville de Genève, mais à tous ceux qui souhaitent apporter leur pierre à l’édifice. “Objectivement, il devrait y avoir un avant et un après. Ces défis à relever vous consolident, vous obligent à travailler autrement. Cette première édition est la plus compliquée, car une fois que ce sera derrière nous, on saura que c’est possible. Ceux qui ont été avec nous pour cette première édition sont les plus courageux”.

Le pouvoir fédérateur des Géants de Royal de Luxe opère donc aussi bien en amont qu’au moment du spectacle, semble-t-il. Après nous avoir parlé de la partie organisationnelle, Jean Liermier s’amuse, assez affectueusement, de ce que l’on dit de ses concitoyens: “Les Genevois sont parfois réputés pour être râleurs. Ça va râler, parce que les trams ne passeront pas à l’heure exacte, parce qu’il va y avoir du monde… Et vous verrez que dès le lendemain, le lundi 2 octobre, les Genevois continueront à râler mais en disant «ce n’est pas croyable, on ne sait même pas quand est-ce qu’ils vont revenir!».”

Notre relation amicale avec les Géants a même déjà commencé: sur les réseaux sociaux, on s’enthousiasme, on se pose des questions, on se répond entre inconnus, on se donne rendez-vous, on s’enquiert de leur visite comme pour des correspondants étrangers que l’on aurait hâte de rencontrer. Ceux qui les ont déjà vus ont été bouleversés. Il y a à la fois la beauté des Géants mais aussi celle des liens tissés avec leurs Lilliputiens, avec la population. “Dans tout mon parcours”, nous confie Jean Liermier, “je n’ai jamais vu une équipe susceptible de foudroyer à ce point le cœur des spectateurs, où qu’ils soient sur la planète. Royal de Luxe touche à l’universel, et ce qui m’a captivé le plus, c’est véritablement ce que ces personnages provoquent chez les gens. Quels que soient notre âge, notre origine ou notre confession, l’art est en mesure de nous rassembler, d’offrir un horizon profond et lumineux. Trois jours de temps suspendu où l’on vit au rythme de Géants, ça fait du bien. Je pense que tous les efforts consentis depuis cette première rencontre avec la Grand- Mère jusqu’à aujourd’hui sont justifiés”. Le directeur ajoute encore, en repensant à sa visite à Nantes où des dizaines de milliers de spectateurs ont crié de joie lorsque dix Lilliputiens ont bordé la Grand-Mère qui s’apprêtait à aller dormir: “ils ont été émus, comme moi je l’ai été, au même moment, par l’attention que l’on a porté à cette Grand-Mère. Où que l’on vive, ces attentions réveillent des valeurs positives enfouies à l’intérieur de nous, un horizon d’espoir à la hauteur de la vision des Géants. C’est à la fois vertigineux et léger, et tellement nécessaire à notre époque”.

Sur son initiative, plusieurs régions de Suisse sont déjà en pleine confection de cadeaux à offrir aux Géants, notamment une paire de skis valaisans pour la Petite Géante. Si la compagnie Royal de Luxe imagine les histoires, Jean Liermier compte bien participer à ce qui fait leur force; “imaginer des choses comme ça, et les prendre au sérieux. Contribuer à donner du crédit au récit, pour nous faire renouer avec la tradition ancestrale de raconter des histoires, pour connecter les êtres humains”.

www.lesgeants-geneve.ch
www.royal-de-luxe.com