La Tour vagabonde à Genève

Du 26 avril au 20 juin, les amateur·trice·s de théâtre classique ont rendez-vous sur la Rive Droite genevoise pour profiter de la douceur des premières soirées d’été en marge du « Tour Vagabonde Festival ». Cette première édition, hébergée dans les charpentes de la fameuse architecture théâtrale fribourgeoise, cherche à attirer un public aussi large que varié.

Texte: Marie Pichard

La passion. C’est de là que naît dans l’esprit du comédien et metteur en scène Valentin Rossier l’envie de faire vivre et partager des textes de théâtre classiques, sensible à leur actualité. Pour ce faire, un lieu s’impose rapidement: ce sera la Tour Vagabonde, conçue à Fribourg il y a quinze ans sur le modèle du Globe Theater shakespearien. Seulement, le défi s’annonce ardu: au niveau de la logistique d’abord – le démontage de cinquante tonnes de bois, de métal et de bâches ne nécessite pas moins de quatre jours de travail. Du côté administratif ensuite, chaque nouvelle étape se heurte à la nécessité d’un aval des autorités de la ville, compliquant un peu plus la tâche. Qu’à cela ne tienne, Valentin Rossier s’entoure d’une solide équipe afin de transformer son rêve en matériau tangible. Il pourra notamment compter sur la New Helvetic Shakespeare Company qu’il dirige et sur l’ancien directeur du Théâtre de l’Orangerie, Michel Negru.

Destiné à un large public, le projet se veut particulièrement accessible pour une audience jeune, trop souvent happée par l’immédiateté et l’accessibilité de sensations fortes au détriment d’une réflexion plus profonde. Au programme, Marivaux, Molière et Yasmina Reza, tous créés par des metteurs en scène romands. Les visées sont ambitieuses: outre l’apport de connaissances historiques et culturelles, il s’agit de susciter un sentiment d’appartenance chez ces adolescent·e·s. C’est pourquoi l’équipe nouvellement constituée fera appel à Claudia Villaman George, enseignante genevoise elle-même très engagée dans des projets pédagogiques, qui sonde les plans d’études et interroge des directeur·trice·s de collèges. Ceux-ci se montrent rapidement convaincu·e·s par le projet, à tel point que l’on comptera plus de 600 élèves dans les rangs du public ce printemps.
La manifestation se distingue également par sa convivialité: en plus de la tenue de la buvette locale et éco-responsable « La Fraîche » lors des soirs de représentation, six « Nuits vagabondes » donneront au public l’occasion de profiter des premières nuits estivales en compagnie des artistes autour d’un verre, le tout rythmé par les sons d’un DJ.

Autant de raisons de se laisser tenter par le Tour Vagabonde Festival, auquel l’on souhaite longue vie!

Tour Vagabonde Festival
Du 26 avril au 20 juin 2019
Parc Trembley, Genève

« Les Précieuses ridicules » de Molière, mise en scène Vincent Bonillo, du 26 avril au 11 mai.
« L’Île aux esclaves » de Marivaux, mise en scène Valentin Rossier, du 15 au 31 mai.
« Le Dieu du carnage » de Yasmina Reza, mise en scène Georges Guerreiro, du 4 au 20 juin

www.tour-vagabonde-festival.ch