Vérifier l’état de ses rêves en traversant une réalité

C’est l’histoire de deux artistes qui se sont rencontrés il y a sept ans, deux hommes qui ont installé en Suisse romande leur rêve de théâtre populaire. Fabrice Melquiot, auteur récompensé, metteur en scène et directeur du Théâtre Am Stram Gram à Genève. Omar Porras, metteur en scène, comédien et directeur du TKM Théâtre Kléber-Méleau à Lausanne, arrivé de Colombie à vingt ans dans les années 80. De l’histoire du second, le premier imagine une pièce, « Ma Colombine », un conte contemporain à découvrir dès 8 ans en janvier au théâtre Am Stram Gram.

Texte et propos recueillis par Katia Meylan

 

©Fabrice Melquiot – Voyage d’écriture du spectacle « Ma Colombine » – Colombie, 2017.

Devant la difficulté de présenter brièvement Omar Porras à qui ne le connaîtrait pas encore, nous demandons à Fabrice Melquiot, que nous rencontrons au sujet de sa Colombine, de leur Colombine, comment lui-même s’y prendrait. Mais la tâche pour un proche semble encore plus ardue que pour qui le connaît de réputation. Il réfléchit, et chaque adjectif prend son propre rythme. « Inventif… fantaisiste… rigoureux, exigeant. Généreux. Équilibriste… », selon qu’il parle du metteur en scène ou du directeur de théâtre. Mais les adjectifs ne suffisent pas, la preuve, s’il fallait toute une pièce au poète pour raconter cet homme. Et en tant qu’homme, justement? « Je ne dirais pas qu’il est secret mais qu’il y a en lui des secrets. Et c’est pour ça que j’ai eu envie d’écrire à partir de lui, avec lui ».

« Dans mon théâtre vide, je sentais que je pouvais voir des choses qu’ailleurs je ne verrais pas. Ici, on pouvait tout comprendre, tout essayer ».

L’enfance et la création Fabrice Melquiot a voulu comprendre les motivations d’un individu à quitter son pays, comprendre cet Oumar qui lui cherche à tout comprendre dans son théâtre vide. On parle peu du metteur en scène dans le spectacle, on découvre un Oumar de fiction, petit colombien devenu adolescent puis jeune adulte, qui décide de quitter son pays et par conséquent de quitter sa langue. Un exil volontaire qui a mené à l’affirmation d’une passion pour le théâtre, et qui fait qu’on le raconte aujourd’hui. « C’est un spectacle sur ce qu’est l’essence même du théâtre ».

Fabrice Melquiot écrit « Ma Colombine » d’après un voyage d’inspiration en Colombie, à partir de longues conversations qu’il a eues avec Omar Porras, qui revenaient souvent aux paysages de l’enfance. « Quand on est artiste, on est contraint de régulièrement entrer en dialogue avec cette projection de l’enfant que nous avons été ». La pièce replace l’enfance au cœur de toute démarche artistique. Fabrice Melquiot a convaincu Omar Porras d’accepter qu’une partie de son histoire puisse constituer la matrice d’un conte contemporain qui parlerait d’exil, d’innocence, de rêve,
d’utopie, d’engagement, et profondément de l’enfance, nous dit-il.

©Fabrice Melquiot – Voyage d’écriture du spectacle « Ma Colombine » – Colombie, 2017.

 

« Tu veux faire quoi quand tu seras grand? » – « Et toi, tu veux faire quoi quand tu seras petit? »

Le cycle de théâtre biographique
Fabrice Melquiot a débuté il y a plusieurs années ce cycle de théâtre biographique, « au sens le plus ouvert du terme ». Cycle qui comporte une trilogie américaine en cours: Jackson Pollock pour la peinture, Janis Joplin pour la musique (textes déjà édités), et Diane Arbus pour la photo (création l’année prochaine). On retrouve aussi dans ce cycle un livret d’opéra à partir de la vie de Steve Jobs, dans une démarche similaire, qui s’écarte du biopic pour chercher le conte. « Ce sont des gens que l’on peut considérer comme des mythes contemporains. Je crois qu’il est important pour les enfants de rénover en permanence nos mythologies, et c’est un rôle que le théâtre peut jouer ».

Depuis quelques saisons, le Théâtre Am Stram Gram conte aussi les vivants. Ainsi, Fabrice Melquiot a écrit des histoires pour les deux artistes et les chevaux du Théâtre du Centaure, et pour le duo de danseurs de la compagnie Wang Ramirez. « Comme pour Omar, je me disais que leur histoire était un matériau formidable pour des assemblées intergénérationnelles ».

« Au théâtre, on vient vérifier l’état de ses désirs »
L’auteur nous explique la ligne directrice de ses textes. « Ces créations ont en commun l’utopie, une certaine résistance au monde tel qu’il est, et un désir de partager avec les jeunes spectateurs la nécessité de l’épanouissement poétique de chacun, quel que soit le choix professionnel que l’on fasse ». En tant que biographies, elles racontent une histoire vraie, avec fantaisie ou dérision. Après avoir traversé cette réalité poétique, on revient différemment à sa propre réalité, fort d’un désir et d’une forme de confiance.

Fabrice Melquiot souhaite convoquer dans ce désir une assemblée de trois générations qui se considèrent comme spectatrices à part entière. « Ma Colombine », dans la lignée des textes de l’auteur, jouera avec les niveaux de lecture et les références qu’il offre comme un petit cadeau à ceux qui reconnaîtront, lorsqu’ils les croiseront en compagnie d’Oumar, les silhouettes d’Ariane Mnouchkine ou de Jacques Lecoq.

Leur Colombine
Ma Colombine, c’est le pays de l’un, ou celle qui prend différentes formes pour lui donner la réplique dont il a besoin. C’est le Rosebud de l’auteur, « un espace secret qui constitue son identité poétique ». Et ces autres personnages aux prénoms encore plus mystérieux, qui sont-ils? Oumar « Tutak Hijode Chibcha Vuelo de Condor Suvan y Ven » de son vrai nom devient à la fois une créature mythologique et un clown qui porte bien son nez, ses oreilles et son nom interminable.

Ces noms de totem, ainsi que d’autres éléments du texte de Fabrice Melquiot, ont été travaillés avec Omar Porras pour que le metteur en scène et comédien s’en saisisse comme une fiction à part entière. Sa scénographie épurée est faite des pigments de couleur et de musique, qui créera différents espaces autour du personnage, seul en scène.

« Bonjour mes rêves. Attendez-moi, j’arrive, mon nez de clown bien vissé entre mes deux oreilles ».

Ma Colombine
Spectacle tout public, dès 8 ans
Du 18 au 29 janvier 2019
Théâtre Am Stram Gram, Genève

Du 5 au 17 mars 2019
TKM Théâtre Kléber-Méleau, Renens

www.amstramgram.ch