Venez chanter « Le Petit Ramoneur » avec nous!

Pour ses trente ans, Opéra-Théâtre propose un programme de qualité avec des sujets qui poussent petit·e·s et grand·e·s à la réflexion. En avril dernier, sa directrice et metteur en scène Michèle Cart avait travaillé avec des élèves du cycle d’Orientation de la Florence pour parler du harcèlement scolaire dans le spectacle « Rose & Rose ». Cette fois-ci, c’est le thème du travail des enfants qui est abordé dans « Le Petit Ramoneur », du 13 au 15 septembre 2019 au théâtre de la Cité Bleue.

Texte: Léa Frischknecht

À l’ère de la Révolution Industrielle, Sam, un jeune garçon, est vendu par son père pour travailler dans la noirceur des cheminées anglaises. À l’image de beaucoup d’enfants issus de familles pauvres à cette époque, son destin semble désespéré. Mais c’est sans compter son heureuse rencontre avec les six enfants d’Iken Hall, ainsi que la nounou, qui vont tout mettre en oeuvre pour sauver leur nouvel ami.

Photos: Pierre Martin

L’opéra pour enfant, écrit par Benjamin Britten en 1949, parle donc d’amitié et de solidarité à travers une perspective historique. En effet, la pièce plonge le public dans une époque où les contrastes sociaux étaient marqués et durant laquelle les enfants n’allaient pas tous à l’école. Néanmoins, pour Michèle Cart, il est important de rappeler que l’oeuvre reste très actuelle dans certaines régions du monde. « J’aimerais que les enfants se rendent compte que l’histoire n’est pas inventée, qu’elle a existé et qu’elle existe toujours. En vivant en Suisse, on a tendance à l’oublier mais on a de la chance! ».

Une équipe intergénérationnelle

Photos: Pierre Martin

Pour conter – ainsi que chanter – l’histoire de Sam et de ses ami·e·s, la metteur en scène s’est bien entourée. Les jeunes chanteur·euse·s, âgé·e·s de 7 à 19 ans, sont issu·e·s de la Maitrise du Conservatoire populaire de Genève. Généralement habitué∙e∙s aux concerts, le théâtre est, pour beaucoup, un terrain encore peu exploité. Avant l’été, ces artistes en herbe ont d’ailleurs travaillé avec Michèle Cart, sous forme d’ateliers, afin de se familiariser à l’art dramatique. « C’est un petit peu leurs « gammes » de théâtre. Cela permet d’aborder ensuite ce que je veux d’eux sur scène de manière beaucoup plus efficace, je leur donne les outils pour ensuite pouvoir jouer ce que je leur demande » explique-t-elle.

À côté de ces jeunes en formation, quatre solistes adultes, professionnel·le·s et pré-professionnel·le·s. Une telle équipe est assez unique à l’opéra, les enfants occupant rarement des rôles principaux. La directrice d’Opéra-Théâtre se réjouit de cette interaction entre générations et de l’échange qui en découle. « Pour les enfants, travailler avec des solistes professionnel·le·s, c’est évidemment très porteur. Ce sont des expériences extraordinaires qui leur font beaucoup de bien au niveau de la confiance et dont ils ressortent grandis. Mais à l’inverse, les enfants sont très spontanés et c’est également bénéfique pour les adultes ».

Tout le monde se chauffe la voix!

Cette joyeuse troupe de tous âges se lancera donc dans des répétitions intensives dès la dernière semaine des vacances d’été. Mais les spectateur·trice·s peuvent aussi se mettre au travail. Et c’est là toute l’originalité du spectacle. En effet, « Le Petit Ramoneur » compte quatre pièces qui seront chantées en choeur avec le public, lors des représentations de 17h, les 14 et 15 septembre. Et tout est mis en oeuvre pour que personne ne soit pris au dépourvu! Les partitions, textes ainsi qu’enregistrements des morceaux sont disponibles sur le site internet d’Opéra-Théâtre. L’occasion donc, d’organiser ses propres répétitions à domicile, en famille ou entre amis. Puis, le jour-même, le chef d’orchestre attendra le public à 15h30 pour une heure de répétition générale.

L’expérience s’annonce à la fois unique et ludique. Soyons honnêtes, peu d’enfants seraient enchantés de rester assis plusieurs heures devant un opéra dont ils ne comprennent souvent pas la langue. Mais avec le « Petit Ramoneur », ici présenté en version française, ils sont invités à s’investir, à se mettre dans la peau des artistes et à donner de la voix. « C’est vraiment l’opéra classique pour enfant par excellence, explique Michèle Cart. D’ailleurs, Benjamin Britten l’a écrit pour rendre l’opéra accessible aux enfants. C’est intéressant pour moi, car c’est exactement l’objectif de ma compagnie ». En effet, la metteur en scène a pu constater le peu d’opéras pour et par les enfants sur la scène genevoise. Ces dernières années, son travail s’est donc particulièrement concentré sur la section junior d’Opéra-Théâtre.

Photos: Pierre Martin

Cependant, la directrice n’oublie pas les adultes. Nombre d’entre eux ne sont pas, ou peu, initiés à cet art, considéré parfois comme élitiste et difficilement accessible. Avec Opéra-Théâtre, hors de question de faire du pur divertissement pour enfant, chacun doit y trouver son compte. « Je fais beaucoup de choses avec des jeunes mais ce n’est pas que pour eux, les parents ne viennent pas seulement pour accompagner leurs enfants. Il y a d’ailleurs beaucoup d’adultes qui viennent voir des spectacles seul∙e∙s. Certain∙e∙s découvrent l’opéra, d’autres sont des habitué∙e∙s du Grand Théâtre mais apprécient ce côté plus accessible à tous ».

Que ce soit sur scène ou au sein du public, Michèle Cart continue sur la lancée qui l’a motivée à créer Opéra-Théâtre. Elle offre à chacun∙e l’opportunité de découvrir le monde de l’opéra, et ce, dans une belle mixité intergénérationnelle!

Le Petit Ramoneur

Théâtre de la Cité Bleue, Genève

Du 13 au 15 septembre

Toutes les infos et la billetterie sur http://www.opera-theatre.ch