De scientifique retraité à la gloire

Lauréat du Prix Nobel de chimie, le Morgien Jacques Dubochet a vu son quotidien basculer dès l’annonce de cette récompense à la fin de l’année 2017. De quoi motiver le producteur Emmanuel Gétaz à lancer le projet d’un documentaire sur ce scientifique barbu, soudainement mis sous les feux des projecteurs, alors qu’il était à la retraite depuis déjà dix ans. Citoyen Nobel a dernièrement vu le jour, présenté pour la première fois aux Journées de Soleure, et il est sorti le 4 mars dernier dans les cinémas romands.

Texte: Lara Liard

Citoyen Nobel est un film réalisé par Stéphane Goël, cinéaste et vidéaste vaudois, ayant déjà des dizaines de documentaires ainsi que plusieurs reportages à son actif. Dans son dernier film en date, il s’intéresse au destin particulier d’un homme sincère et authentique qui passe du statut d’inconnu à celui de célébrité et ce, du jour au lendemain. En effet, bien qu’étant un scientifique réputé pour ses travaux en cryo-microscopie électronique et plus précisément pour ses découvertes sur la vitrification, Jacques Dubochet était initialement un simple professeur retraité de l’Université de Lausanne.

Le documentaire suit une certaine chronologie dès son ouverture, qui nous plonge au 4 octobre 2017, jour où Jacques Dubochet, tout comme le reste du monde d’ailleurs, vient d’apprendre qu’il sera récompensé d’un Prix Nobel. Il se trouve alors entouré de plusieurs journalistes sur le campus de l’Université de Lausanne. Un moment auquel succèdent des images de la remise de ce fameux prix en Suède, à la fin de la même année. Place ensuite à « l’après Prix Nobel » où l’on suit le scientifique lors de ses conférences, ses combats, ses activités quotidiennes. On en apprend également un peu plus sur son histoire, son passé, on fait la connaissance de sa femme qui s’exprime sur la façon dont elle-même vit cette situation. On découvre aussi son état d’esprit ainsi que ses opinions et surtout comment il appréhende cette nouvelle position qui s’est désormais installée dans sa vie. La dernière partie du film se concentre principalement sur son combat écologique, ainsi que sur le futur qui les attend, sa femme et lui, car on apprend qu’ils deviendront grands-parents pour la première fois. Une note de fin qui semble ressembler désormais au quotidien actuel de Jacques Dubochet qui paraît à ce jour plus discret.

La caméra de Stéphane Goël est placée en position d’observation, permettant aux spectateur·trice·s de s’immiscer dans la vie de Jacques Dubochet et de se rapprocher de cet homme simple et discret. Les enchaînements de plans sont plutôt courts, passant régulièrement de moments vécus à des interviews ou interventions du scientifique. On le suit donc dans son quotidien qu’il raconte par la suite, ce qui permet au public de saisir les événements plus profondément par rapport à la perception de Jacques Dubochet lui-même.

Authentique, le film reflète la personnalité de Monsieur le « Citoyen Nobel »: c’est un homme simple, modeste, qui peut paraître parfois brusque ou maladroit, mais s’avère être plein d’humour et surtout dépassé par tout ce qui lui arrive soudainement. Un homme engagé, intelligent et qui garde les pieds sur terre. Lorsqu’il est gêné par son succès, il trouve toujours la touche d’humour à ajouter pour se défiler et ce: sans langue de bois! On découvre alors un socialiste, écologiste depuis toujours, dévoué pour le climat et qui pense à l’avenir des jeunes générations. Jacques Dubochet est un scientifique passionné qui tente d’utiliser au mieux la voix qu’on lui donne pour avoir un impact aussi utile que possible.

Il s’agissait donc d’un défi pour Stéphane Goël de jongler entre le nouveau quotidien d’un homme mis sous les projecteurs dont on entend parler partout et l’autre facette de sa vie: « l’entre-deux ». Le réalisateur raconte dans sa note d’intention s’être demandé: « Qu’y aurait-il de plus à dire ou à montrer d’un homme dont le travail scientifique est très complexe à saisir pour la plupart d’entre nous? » Et de conclure: « J’ai vu un homme passer de l’anonymat à la célébrité ». Une occasion également pour ce cinéaste de montrer, à travers Jacques Dubochet, des combats éthiques et écologiques. « C’est pourquoi un grand film sur ce vieil homme était nécessaire. Parce qu’il va toucher le coeur des gens (…) et surtout les faire réfléchir et se questionner. N’est-ce pas là l’essence même du cinéma documentaire? ». Des paroles qui se complètent avec celle de son collègue Emmanuel Gétaz: « Citoyen Nobel est le résultat de ces dix-huit mois passés aux côtés de Jacques Dubochet. C’est un film d’engagement, autant qu’un portrait. C’est ce qui fait sa force et son caractère contemporain ».

Au vu des circonstances actuelles, le film a dû interrompre sa diffusion en salles de cinéma. Des séances devraient être cependant reprogrammées lorsque cette crise touchera à sa fin. On pourra alors retrouver Jacques Dubochet sur les grands écrans et découvrir ce que cet homme authentique a à offrir au public.

Citoyen Nobel
De Stéphane Goël. Production: Dreampixies, RTS

www.dreampixies.ch
www.agorafilms.net