Mais qui a tué Terminus?

Un crime a été commis dans la villa romaine de Pully: le cuisinier Terminus a été occis! La nouvelle exposition de l’ArchéoLab propose à ses visiteur∙euse∙s de mener une enquête dans laquelle l’archéologie, l’anthropologie et les sciences criminelles se mêleront de manière ludique et instructive à la fois, tout en titillant la curiosité des petits et des grands.

Texte: Marc Duret

Déjà présents dans l’exposition Mystère et graffitis il y a quelques années, les personnages de Clémence et Tristan, dont les aventures sont scénarisées par Christine Pompéï et les frimousses dessinées par Myrtille Tournefeuille, reviennent à Pully pour accompagner les visiteur∙euse∙s dans cette nouvelle aventure. Grâce à leur chien Réglisse, il sera possible de remonter le temps pour découvrir les lieux tels qu’ils étaient il y a un peu moins de 2000 ans et y enquêter comme des expert∙e∙s d’aujourd’hui.

Une collaboration avec l’École des sciences criminelles de l’UNIL, plus spécifiquement avec le professeur Christophe Champod, a apporté l’expertise en science forensique nécessaire pour que la recherche et le traitement des indices dans l’exposition soient aussi proches de la réalité que possible.

Au menu, dans une scénographie immersive: l’observation attentive d’une tombe romaine, puis le relevé d’indices sur la scène de crime (empreintes digitales, traces de fibres ou encore insectes nécrophages), avant de les analyser dans un laboratoire moderne. Ainsi, en faisant attention aux faux indices, il sera possible de confondre le coupable parmi plusieurs suspects. Dans une sorte de Cluedo antique, alors que le lieu du forfait, la cuisine, est connu, le coupable et l’arme du crime restent à découvrir…

Comme lors de sa précédente exposition, l’ArchéoLab, labellisé Culture Inclusive, a pris soin de rendre la visite compatible avec plusieurs types de handicap. L’enquête pourra également être menée sur le web dès cet automne, la rendant accessible à ceux qui ne pourraient pas s’y rendre en personne. La directrice Delphine Rivier confirme que cet aspect est très important pour les équipes des Musées de Pully, en particulier en cette période d’incertitude sanitaire. Elle insiste également sur le fait qu’il s’agit là, en tout temps, d’une manière complémentaire de découvrir les musées.

© Myrtille Tournefeuille

Crime à la romaine
Du 3 octobre 2020 au
12 décembre 2021
ArchéoLab de Pully
www.archeolab.ch