L’émotion des rendez-vous réussis

Le Festival Assemblage’S est de ceux dont L’Agenda suit le cheminement avec intérêt chaque année. Son affiche surprend souvent et intrigue toujours, petite bulle d’énergie et d’humour que les vents n’éclatent pas mais poussent à explorer de nouveaux horizons.

Texte: Katia Meylan

En tant que Lausannoise, je dois avouer qu’il y a quelques années j’aurais peiné à dire où se trouvait Troinex. Depuis mon arrivée à la rédaction, je ne peux plus dissocier cette petite commune adossée à la France de son festival automnal. Paradoxalement, celui-ci m’a fait réaliser que Troinex n’était pas le bout du monde… mais qu’il pouvait aussi bien le devenir, le temps d’un spectacle où l’on s’évade vers d’autres horizons!

Alors si L’Agenda peut contribuer à faire monter dans le train quelque Vaudois·e pure souche et à faire prendre le bus n°45 aux Genevois·es convaincu·e·s que tout ce qui leur faut se trouve déjà en ville… il aura rempli une partie de sa mission!

Depuis 2011, Assemblage’S a su se faire sa place dans le milieu culturel et dans le cœur du public. Cercle vertueux puisque les troupes, reçues dans un cadre chaleureux devant une salle comble, se passent le mot entre elles et se pressent au portillon. Patrick Hess, directeur du festival, sélectionne de son œil aguerri les spectacles qui étonnent et émerveillent. Des artistes primé·e·s internationalement se retrouvent ainsi au programme, et le public rencontre à Troinex des grands noms vus à la télévision, mais aussi et surtout des pépites encore peu connues dans nos régions.

L’accessibilité et la mixité restent parmi les valeurs premières d’Assemblage’S. Le 1er^octobre, le spectacle qui ouvrira cette 9e édition les réunit toutes deux. Quoi de plus
direct que le mouvement pour nous prendre aux tripes? Douar, de la Compagnie Accrorap, convoque les éléments du hip-hop acrobatique ainsi que ceux de la danse arabo-andalouse pour les entrelacer dans une réflexion autour de l’exil. Neuf danseurs. Neuf hommes, dont la photo portrait, exhibée et entraînée dans la danse, nous évoque des vies et envies différentes. Pour certains, celle de retrouver une terre d’origine. Pour d’autres, celle de s’évader, de découvrir une nouvelle liberté.
« L’autre côté de la mer » est idéalisé, Nord et Sud de la Méditerranée se désirent de loin et se mêlent dans les esprits. La passerelle qui les relie prend toutes sortes de formes dans les mouvements imaginés par le chorégraphe français Kader Attou. L’art nous le fait ressentir: une pointe de doute lorsque les danseurs se figent, une imperméabilité lorsque les mouvements sont saccadés, une solidarité lors d’un duo aux mêmes pas.

Aux neufs danseurs succéderont deux autres lors de deuxième soirée du festival. Lorsque l’on mentionnait plus haut des grands noms vus à la télévision, Dakota & Nadia en font partie. Peut-être êtes-vous tombé·e sur leur performance par hasard au détour d’un zapping sur La France a un Incroyable Talent (vous pouvez aussi avoir attendu avec impatience les rendez-vous de M6 devant votre poste, on ne vous jettera pas la pierre!). Le duo arrivé en finale a fait parler de lui, non seulement en tirant les larmes au membre du jury Sugar Sammy, mais surtout en crevant l’écran dans ses chorégraphies poignantes de précision et de lucidité. Engagés, les deux artistes imaginent des chorégraphies autour de thèmes tabous. Dans leur spectacle Judas, c’est la violence et la domination au sein du couple qui est traitée dans un hip-hop expressif. Les larmes ne mettent en effet pas long à perler, alors qu’on espère qu’une prise de conscience peut se faire à travers un art qui touche. Après la France, les USA ou encore l’Europe de l’Est, et bien sûr des représentations dans leur Valais natal, les deux artistes viennent à la rencontre du public de ce côté de la Suisse romande avec un nouveau spectacle.

Ce même vendredi 2 octobre sera dédié à une programmation suisse puisque la seconde partie de soirée accueillera la joyeuse bande de Voxset. On ne sait pas s’il faut encore les présenter, mais faisons-le: Voxset c’est quatre chanteuses et trois chanteurs a cappella, venant d’univers musicaux différents et réuni·e·s depuis plus de dix ans dans cet ensemble créatif. Des voix tout-terrain pour elles, des surnoms d’espion pour eux (et bien d’autres qualités acoustiques). La batterie, c’en est un, les violons c’en est deux autres, les chœurs, les solos, les guitares électriques, le piano et tout l’orchestre, mais aussi les explosions, les crissements de pneus, le mickeymousing et les répliques phares, c’est eux. En bref, le show, c’est eux. Leurs sept voix, des micros et des costumes cocasses.
Le spectacle Vox Office, dont la trame est construite entièrement sur des musiques de films, est jubilatoire. Les chansons prennent toutes sortes de formes dans leurs voix et leur jeu expressif. Côté public, on peut s’adonner à un blind-test géant: on ne sait jamais quelle chanson va suivre mais on est presque toujours sûr·e de la connaître. Films d’action, d’amour, d’aventure, et des incursions-jingle dans la culture pop avec des références à des séries culte.

Par le spectacle André & Dorine de la cie Kulunka Teatro, qui sera présenté le samedi 3 octobre, le public témoigne à nouveau d’une vie de couple. Pas de violence éclatante comme dans la danse de Dakota & Nadia, mais un amour qui subsiste dans les photos, et peut-être, encore pour quelques temps, dans les souvenir… Ici aussi, le thème traité chamboule. Alzheimer. La mise en scène du Kulunka Teatro s’inspire librement du roman autobiographique d’André Gorz Lettres à D. – Histoire d’un amour. Un amour parmi tant d’autres, qui a de particulier le fait qu’il aura duré soixante ans, avec ses joies et ses difficultés mais sans jamais se tarir. Dans cette réinterprétation, les personnages vivent côte à côte en s’étant un peu oubliés, parfois même en s’agaçant. Cela crée une porte d’entrée à l’humour, bien présent lorsque l’on témoigne de leur quotidien où tout ne roule pas toujours comme André et Dorine le voudraient. Un humour rejoint par l’émotion lorsque tous deux apprennent à se redécouvrir…
La compagnie espagnole ne s’embarrasse pas de traduction puisque l’essence d’André & Dorine se transmet sans paroles. Les comédien·ne·s explorent ici un langage scénique du geste, souligné par leurs grands masques de papier-mâché reconnaissables, étrangement humains.

La pièce s’inscrit dans lignée des spectacles émouvants proposés par Assemblage’S, et l’équipe du festival est fière de pouvoir présenter à Troinex ce qu’elle considère comme un chef d’oeuvre. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à le voir comme tel puisque le spectacle a gagné de nombreux prix à l’international.

La dernière invitation de cette édition 2020 avait elle aussi sans conteste tous les atouts pour s’attirer les faveurs du festival Assemblage’S: de l’humour absurde, des situations clownesques, et deux interprètes aussi bons musiciens qu’humoristes et acrobates: Gogol & Mäx. Finalement, quand on est déjà pianiste virtuose, pourquoi ne pas aussi entraîner son grand écart, ses biceps et son saut périlleux afin de présenter un Concerto Humoroso? Les deux compères, l’un bien habillé et sérieux, compose tant bien que mal avec les maladresses de l’autre qui ne rate pas une occasion de faire des bêtises. Quand ce n’est pas l’inverse. Personne n’en croit ses yeux. Les oreilles oui, car la musique de Mozart et de Bach est bien là… mais qui aurait cru qu’on pourrait la jouer dansndes situations si rocambolesques? Depuis plus de quinze ans, les deux Allemands se produisent ensemble sur scène avec une fraîcheur infatigable. Ils seront à Troinex le dimanche 4 octobre à 15h30, lors de la journée famille.

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous ». Le festival Assemblage’S répond par la poésie de Paul Éluard aux incertitudes distillée par le virus. Et pour que, de pair avec la poésie, aille l’humour, l’équipe s’empresse d’ajouter une deuxième citation bien actuelle à sa suite: cette 9e édition sera « aussi jubilatoire que possible mais aussi sécurisée que nécessaire ».

Festival Assemblage’S

Salle des fêtes de Troinex
1 octobre: Cie Accrorap
2 octobre: Dakota & Nadia / Voxset
3 octobre: Kulunka Teatro
4 octobre: Gogol & Mäx
Programme détaillé et billetterie:

www.assemblages.ch
Renseignements:
+41 79 416 46 24
billetterie@assemblages.ch