Comprendre l’âme de la musique de Chopin

Dans ses statuts, il est inscrit que la Société Frédéric Chopin aura pour but de promouvoir la compréhension de l’oeuvre du compositeur dont elle porte le nom. Depuis 23 ans, Aldona Budrewicz- Jacobson, présidente de la société, relève le défi de révéler « l’âme toute particulière de sa musique ».

Texte: Katia Meylan

« Chopin est spécial, il n’y a pas deux compositeurs comme lui. Il a été contraint à l’exil et n’a jamais pu rentrer en Pologne. La douleur de ne plus pouvoir rentrer dans son pays natal est une souffrance éternelle. À présent, son corps repose au Père- Lachaise à Paris, mais son cœur est à Varsovie. Il avait demandé à sa sœur de l’y envoyer à sa mort, comme il ne pouvait pas y retourner de son vivant », raconte Aldona Budrewicz-Jacobson avec intensité. Passionnée, la pianiste désire vivement faire connaître au plus grand nombre la vie et de l’œuvre de son compatriote.

Chaque année, elle définit l’entièreté du programme du festival, et invite les artistes « chopinien·ne·s » qu’elle imagine dans ces œuvres. Elle-même baignée dans l’univers chopinien depuis l’enfance, elle a une idée précise de ce qu’elle souhaite entendre. « Des spécialistes de l’œuvre de Chopin, il y en a peu. Nombreux sont ceux qui en font une musique virtuose, sans âme, et c’est ça qui m’énerve le plus. La musique de Chopin est émouvante ! », s’enflamme notre interlocutrice. « J’invite principalement les pianistes qui ont participé au Concours Chopin à Varsovie, et qui ont donc une sensibilité spécifique à Chopin. Surtout pour la Masterclass ».

En effet, l’une des spécificités du festival est d’offrir gratuitement aux jeunes pianistes de la région, sur inscription, une Masterclass de trois jours pour appréhender au mieux les œuvres du compositeur. Ouverte au public, elle invite les auditeur·trice·s à profiter des explications pour affiner leur écoute. Cette année, la Masterclass sera donnée par le pianiste François Dumont, qui se produira également en ouverture du festival. Dans ce concert d’ouverture du 4 octobre, le pianiste sera accompagné du Quintette Ephémère sur la Grande Fantaisie sur les airs polonais, et de la soprano irlandaise Helen Kearns pour trois chants, bien plus rarement joués que ses concertos ou ses œuvres pour piano seul.

Les soirées du 6 et du 9 octobre accueilleront deux récitals de piano, respectivement celui du jeune talent lausannois Jansen Ryser, et celui du pianiste italien Alberto Nosè. Ce dernier se produira dans la Salle des Nations de l’Hôtel des Bergues, typique du 19e siècle, où le public est assis tout autour du piano. Le concert de clôture comportera quant à lui des œuvres de musique de chambre, qui réunira Christian Chamorel au piano, Olivia Jacobson au violon et Estelle Revaz au violoncelle.

Cette année, une autre nouveauté résidera en la projection du film Le Cœur de Chopin, de Piotr Szalsza. Entre images d’archives et mises en scènes, ce docu-fiction retrace en détails l’histoire tragique dont Aldona Budrewicz- Jacobson nous parlait plus haut.

Ainsi, le festival renouvelle sans cesse son inspiration et voit en chaque édition une opportunité de comprendre et de faire comprendre Chopin.

Festival Chopin Genève
Les 4, 5, 6, 9 et 11 octobre 2020
Divers lieux, Genève
www.societe-chopin.ch