Genava est mirabilis

Originellement, le monde compte sept merveilles, pour la plupart disparues. Face à ce constat, sept nouvelles merveilles furent sélectionnées en 2007, suite à une campagne lancée par l’écrivain Bernard Weber. Si les sept merveilles modernes comprennent des ouvrages tels que la Grande Muraille et le Taj Mahal, et peuvent être aperçues aux quatre coins du monde, aucune ne se trouve malheureusement en Suisse. Les finalistes de la campagne sont au-delà de nos frontières, chez nos voisins. La Suisse n’abrite-t-elle donc point de merveilles? N’est-elle pas intrinsèquement merveilleuse? Non, mais c’est inadmissible, et le jet d’eau de Genève? Le Cern? La Cathédrale de Lausanne?! Inutile de vous offusquer. Rangez vos crayons, mettez de côté vos lettres et courriels scandalisés, car la Ville de Genève vient de remédier à la situation: MIRABILIA.

Texte et propos recueillis par Clara Boismorand

Mirabilia, du latin mirabilis, désigne ce qui est admirable, étonnant, singulier et surtout merveilleux. À votre avis qu’est-ce qui se cache derrière ce terme? Comment la Ville de Genève peut-elle rivaliser avec le Colisée de Rome ou encore le Christ rédempteur du Brésil? Avec ses institutions, pardi! Car La Bibliothèque de Genève, les Archives de la Ville de Genève, les Conservatoire et Jardin Botaniques, le Fonds municipal d’art contemporain, le musée Ariana, le musée d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie, et le Muséum d’histoire naturelle sont de véritables boîtes à merveilles. La Ville de Genève, soucieuse de mettre celles-ci en avant et toujours à la recherche de manières innovantes pour le faire, a mandaté une étude auprès de la HEG, en 2016, ayant pour but de prospecter comment la Ville de Genève pouvait valoriser son patrimoine à travers la numérisation. Grâce à cette étude, et de fructueuses collaborations avec ses institutions, la Ville de Genève a conçu Mirabilia. Une plateforme digitale, interactive, didactique et évolutive qui offre aux internautes un regard inédit sur les collections de la ville.

 Une merveille transversale et globale
Les sept nouvelles merveilles du monde ont du souci à se faire: comment rivaliser avec une plateforme qui sublime le patrimoine dans toute sa transversalité et globalité? Mirabilia offre aux visiteur·teuse·s un contenu qualitatif et une granularité d’informations triées sur le volet par les institutions. L’internaute part à la découverte des collections à travers des thèmes d’actualité autour desquels se
rencontrent botanique, art et archives. Il ou elle, guidé·e par ses intérêts, peut effectuer des recherches plus précises, selon des matériaux, des pays ou des institutions, et se voit aussi présenter la possibilité d’interagir avec la plateforme via des chats ou la réalisation de ses propres collections.

Sur la page d’accueil, un dessein émergent: exploiter la puissance narrative de thématiques afin d’encourager à découvrir les secrets du patrimoine de la Ville de Genève. À partir d’un thème choisi par un comité éditorial (composé de représentant·e·s des huit institutions), des objets qui n’ont à première vue rien en commun se rencontrent, face à face. Qu’ont-ils à raconter? Cet « accrochage », programmé pour défiler aléatoirement, permet de faire des associations différentes de celles que l’on trouverait dans un musée et de raconter des histoires inédites. L’enfance, le bois, la musique ou l’érotisme sont autant de thèmes que l’on peut déjà explorer sur la plateforme, qui en révélera un nouveau chaque mois.

Une merveille numérique
La Ville de Genève et ses institutions rivalisent souvent d’ingéniosité lorsqu’il s’agit de sublimer leur patrimoine et Mirabilia synthétise cela parfaitement. Elle renforce les institutions par d’étroites collaborations, rapproche le public en repensant le partage de contenus patrimoniaux, et exploite entièrement les possibilités du numérique. Mirabilia est une merveille immatérielle, un rappel de notre diversité culturelle et de celle qui est abritée dans nos institutions. D’ailleurs, la plateforme possède tous les prérequis pour déposer sa candidature auprès de l’UNESCO: elle regroupe des œuvres possédant des résonances traditionnelles, contemporaines et vivantes; ses collections sont inclusives, institutions et internautes sont invité·e·s à participer; la plateforme s’enracine dans les paysages institutionnels et civils de la Ville de Genève et existe pour et avec eux car ce sont eux qui ont le potentiel de créer, transmettre et partager le patrimoine.

Genève devient merveille grâce à vous
Ne tardez plus et partez à la rencontre de cette plateforme qui vous permettra d’explorer la richesse des collections présentes au sein des institutions de la Ville de Genève. Mirabilia est là pour assister vos découvertes et faciliter l’appropriation de votre patrimoine culturel. Qu’importe les sept merveilles de l’Antiquité ou de notre monde moderne, lorsque la richesse de notre patrimoine peut être rendue aussi accessible. Si “Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement” (G.K. Chesterton), Mirabilia contribue grandement à sa survie.

Lancée cet automne, Mirabilia mérite le détour que cela soit pour découvrir l’oeuvre ou l’objet qui vous correspond, pour écouter les murs qui murmurent aux Bastions, pour réaliser votre collection personnelle et la partager avec d’autres internautes ou encore pour vous replonger dans l’histoire d’objets, de photos et de tableaux spécialement choisis pour/ par vous

www.mirabilia.ch