Montreux Jazz Festival 2018: « le temps change, et les hommes changent avec le temps »

Mondialement connu par le public et reconnu par la critique, le Montreux Jazz Festival (MJF) accueille depuis 1967 des artistes rock, pop, électro, blues et jazz. Son activité effervescente se déroule à la fois sur la terre avec les trois scènes principales – Auditorium Stravinski, Montreux Jazz Club, Montreux Jazz Lab, – et les Jazz Trains, ainsi que sur l’eau avec les bateaux musicaux de blues&jazz et de salsa.

Texte: Margarita Makarova

Au premier abord, il n’est pas évident de déceler le lien que le Festival, originairement orienté vers le jazz, a gardé avec ce genre musical. Le programme de l’année 2018 témoigne d’une attention portée principalement aux styles rock, électro, pop, trip-hop, alternative, funk, hip-hop etc. Où pourrait-on trouver du jazz pendant le Festival?

Avant de répondre à cette question, traçons le panorama historique du Festival ayant trait au jazz. En 1969 la vedette de renommée mondiale Ella Fitzgerald monte sur la scène du Casino Montreux et interprète notamment les titres « Give Me The Simple Life », « A Place for Lovers », « I Love You Madly ». Parmi d’autres artistes émérites cette année-là, Eddie Harris et Les McCann trio, qui produisent sur place le premier album de jazz « Swiss Movement » au succès commercial inouï. En 1973 Miles Davis, compositeur, trompettiste, band-leader qui a influencé la musique du 20e siècle, fait sa première apparition au Festival. Il y reviendra sept fois par la suite. En 1978 les spectateur·trice·s du MJF, dont Al Jarreau entre autres, savourent la musique de Ray Charles accompagné du fameux trompettiste Dizzy Gillespie.

À partir des années 1980, le MJF devient plus ouvert aux autres genres, notamment à la pop, à en juger selon les archives.Cela ne veut pas dire que le jazz disparaît définitivement. Au contraire, il est toujours présent avec par exemple Al Jarreau et Miles Davis en 1990 ou Tony Bennett en 1995. En 1999 Claude Nobs, fondateur du Festival, lance une compétition internationale adressée aux jeunes pianistes de jazz talentueux·euses. Son intention est de leur donner l’occasion, d’une part, de se rencontrer, et d’autre part, de dévoiler leur potentiel aux yeux du grand public. Ayant constaté la réussite de son entreprise, Claude Nobs inaugure deux compétitions internationales supplémentaires pour les vocalistes et les guitaristes de jazz en 2003- 2004, visant les mêmes objectifs.

Soutenu par Shure Europe et organisé au Petit Théâtre du Montreux Palace, le concours de vocalistes jazz a entièrement comblé les attentes de son créateur. Depuis sa première édition, il a rassemblé des participant·e·s provenant des quatrecoins du monde, toutes et tous de talent exceptionnel. Les finalistes 2017 Alexander Lövmark (premier prix), Sara Decker (deuxième prix) et Talie Monin (troisième prix) ont littéralement fasciné le public par leurs rythmes, pour reprendre le titre du jazz standard « Fascinating Rhythm », exécuté par S. Decker et A. Lövmark.

Le 52e Montreux Jazz Festival 2018 révèle de visibles changements, surtout relatifs à ces trois compétitions. Son nouvel espace House of Jazz (au Petit Palais, dit La Coupole) remplace la salle du Montreux Palace, et les Montreux Jazz Talent Awards succèdent aux compétitions précédentes. Les programmateurs·trices du festival ont préalablement sélectionné seize artistes qui seront évalué·e·s par un Artists Committee, soit des musicien·ne·s et producteurs·trices ami·e·s du Festival. Ensuite, un deuxième jury procédera à l’évaluation des artistes lors de leur prestation publique sur la scène de La Coupole. À l’issue du concours, deux prix seront décernés, l’un au meilleur groupe (Shure Montreux Jazz Band Award), l’autre au/à la meilleur·e pianiste ou claviériste (Parmigiani Montreux Jazz Solo Keys Award).

Mais le jazz ne s’avoue pas vaincu et garde une niche, dans une rencontre entre les neuf lauréat·e·s des compétitions de piano, guitare et voix de l’été passé et de trois explorateurs des musiques électroniques: Bugge Wesseltoft (directeur musical), Carl Craig et Hauschka. Leur expérience occupera la House of Jazz et aura pour but de croiser le jazz, souvent considéré comme un phénomène musical exigeant des innovations, et la musique électronique. En effet, de multiples variations existent dans le jazz, art expérimental et versatile par excellence; New Orleans jazz, Afro-Cuban jazz, bebop, gypse jazz, cool jazz, avant-garde jazz, smooth jazz, modal jazz, soul jazz, jazz funk, ethno jazz, blues, swing et bien d’autres. Chaque variété du jazz reflète en un sens les courants musicaux à la mode de son époque. La collaboration électro- jazz 2018 présente donc non seulement un défi pour les musicien·ne·s, mais permet également aux artistes de jazz d’inscrire leur œuvre dans les tendances les plus récentes.

En dehors du Jazz Club, le jazz se fera entendre aux concerts gratuits dans le parc, qui comprendront de nombreuses performances des orchestres de hautes écoles américaines et britanniques dans la continuité des Big Jazz Bands d’antan.

Quelle est la différence entre l’édition de 1969 et celle de 2018? Rien n’est stable, l’humanité affronte des changements de toute sorte, et le jazz lui-aussi, y est confronté. Il est toujours intrigant d’observer les fruits de la modernisation!

www.montreuxjazzfestival.com