Une histoire de bulles

Zep, Enki Bilal, Daniel Ceppi, Philippe Druillet, mais également Nicolas de Crécy ou encore Emmanuel Guibert, tant de noms se croisent sur les rayons du 1, Place de l’Île à Genève. Depuis plus de 30 ans, cette rotonde des Halles qui surplombe le Rhône est devenue le QG de la BD. Après quelques marches sur un escalier en colimaçon, c’est un espace en demi-cercle aux baies vitrées et poutres apparentes qui attend les visiteur·euse·s. Aussi bien une librairie qu’une salle d’exposition, Papiers Gras est toujours dirigé par son créateur, Roland Margueron.

Texte et propos recueillis par Eugénie Rousak

Papiers Gras ©Roland Margueron

Si le dessinateur Rodolphe Töpffer est considéré aujourd’hui comme étant le père fondateur et l’un des théoriciens de la bande dessinée, le neuvième art a peiné à se développer en Suisse. « La BD était souvent mal considérée, on disait que seuls ceux qui ne savent pas lire un roman, feuillettent les albums. Pour remédier à ces croyances, j’ai été contacté par l’Office fédéral de la culture en 1997 et ensemble, nous avons travaillé sur les nouvelles émergences de la bande dessinée. À l’époque, l’épicentre suisse était surtout à Zürich. J’avais, notamment, longtemps collaboré avec le magazine Strapazin, entièrement dédié aux comics. Pour soutenir l’expansion de la BD dans la Cité de Calvin, nous avons décidé avec la Ville de Genève de créer le Prix Rodolphe Töpffer, dont je me suis occupé durant près de 20 ans » se rappelle Roland Margueron. Attribué pour la première fois en 1997, il récompense annuellement un·e auteur·e genevois·e, un·e non-Genevois·e et un·e jeune dessinateur·ice. D’ailleurs, le tout premier lauréat était Tom Tirabosco, alors âgé d’une trentaine d’années. « En plus du prix financier, nous faisions un catalogue. Quand les artistes de la scène genevoise, méconnue à l’époque, allaient voir des éditeurs internationaux, ils avaient directement des références pour attirer leur attention », précise le fondateur de Papiers Gras.

Roland Margueron

Naissance de Papiers Gras
Fervent consommateur de bandes dessinées depuis son plus jeune âge, Roland Margueron dans un concours de circonstances a débuté sa carrière BD à La Marge, le premier magasin de comics en Suisse. Quelques mois plus tard, il a cofondé la librairie Cumulus. À la suite d’un désaccord, ce projet s’est assez mal terminé, mais a donné l’impulsion pour la fondation de Papiers Gras. D’abord nomade sous forme d’un stand aux puces, il s’est sédentarisé à peine six mois plus tard dans une belle arcade à la rue Voltaire. « À l’époque, avec une maturité, commerciale pour ma part, beaucoup d’opportunités étaient offertes. Ainsi, j’ai pu travailler à la radio, faire des passages à la télé et même écrire dans un journal. Ayant une sensibilité artistique, j’ai toujours eu un bon rapport avec les dessinateurs, chanteurs et illustrateurs. On parlait le même langage. Je me suis alors lancé dans l’organisation d’expositions d’art et de concerts de rock, dont les affiches étaient faites par des auteurs de BD. En fin de compte, tous les milieux se mélangeaient! » explique Roland Margueron. Finalement, en 1991, la Ville propose de déménager Papiers Gras aux Halles de l’Île. Après des travaux d’aménagement de l’espace pour devenir une librairie et une galerie, voilà 35 ans que le premier étage est envahi par les planches et de bulles!

Et le nom?
Milieu communautaire et très ouvert, Papiers Gras est un témoin de l’atmosphère bienveillante de la bande dessinée à Genève à cette époque. Alors que les artistes travaillent seul·e·s dans leurs ateliers la plupart du temps, ils sont extrêmement solidaires pour ouvrir l’industrie aux nouveaux·elles arrivant·e·s. « Quand j’ai parlé de l’idée du magasin à Daniel Ceppi, dessinateur genevois, il m’a directement conseillé de le nommer Papiers Gras, référence à la première BD de Gérald Poussin. Ce nom avait une connotation presque sale, des choses que l’on rejette, qui reflétait très justement la place des comics. Et en même temps, le travail de ce jeune dessinateur carougeois correspondait parfaitement à ce que je voulais faire, à savoir de la BD novatrice, au carrefour de plusieurs modes d’expression, comme la peinture ou l’illustration. Gérald Poussin m’a directement donné son autorisation pour utiliser ce nom! » sourit le fondateur. Le tout premier logo a également été réalisé par un grand nom de l’industrie d’animation, Georges Schwizgebel, connu pour ses étonnantes peintures en mouvement. Finalement, Daniel Ceppi a confié les originaux de son premier livre à Papiers Gras pour le lancement de l’enseigne. Que de grands noms dans les débuts de cette histoire de passion!

Darwin’s Notebook, de Georges Schwizgebel

Lire et découvrir
Le format de librairie et de salle d’exposition a également été choisi pour renforcer la place de la BD à Genève, l’associant à d’autres formes d’expression comme l’art contemporain, le design ou encore l’architecture. « Nous montrons bien entendu des planches de BD, mais ce qui est plus intéressant, c’est d’exposer des dessinateur·ice·s qui font également de l’illustration ou de la peinture. Bien plus sympa pour afficher dans le salon! » fait remarquer Roland Margueron. L’année 2021 s’ouvrira avec la diffusion du dernier court-métrage de Georges Schwizgebel, Darwin’s Notebook pour continuer sur l’exposition du prix 2021 attribué conjointement par la HEAD et l’Association Genevoise de la Promotion de l’Illustration et de la Bande Dessinée, dont Roland Margueron est également président. En parallèle à ces événements, la librairie avec ses milliers de planches et plus de 20’000 livres continue son expansion. À côté des ouvrages techniques sur la narratologie de la BD et le dessin, elle présente les nombreuses nouveautés, tout en restant assez spécialisée. « Nous avons des Tintin et des Titeuf bien entendu, mais nous nous tournons plus vers la bande dessinée indépendante, moins médiatisée, et vers des albums difficilement trouvables ou en rupture de stock. Papiers Gras est un véritable anti-commercial depuis plus de 40 ans! ». Peau d’homme de Zanzim et Hubert, vous connaissez?

Papiers Gras
1, place de l’Île
1204 Genève
www.papiers-gras.com