Une œuvre, une route et des histoires

Vous filez à 120km/h sur l’autoroute. Vous êtes sur l’A9, au-dessus de Vevey, à hauteur de Saint-Légier. D’un côté, vous apercevez l’envoûtante Riviera et de l’autre… un nez.

Texte et propos recueillis par Clara Boismorand

Une route
Combien d’entre nous parcourons quotidiennement l’A9 ou l’apercevons au loin? Ses vrombissements, ses éternels chantiers, ses vignes, ses villes et ses paysages hodlériens, l’asphalte de cette autoroute possède toutes ces saveurs. Empruntée depuis 1970, l’A9 naît suite auxnrésultats d’une votation populaire adoptée 10 ans plus tôt par le Parlement: prévoir, sur toute la Suisse, un réseau routier de 1811 kilomètres. Alors qu’aujourd’hui, l’A9 s’étire jusque dans le Haut-Valais, pendant plus de vingt ans elle ne couvrit que le tronçon Lausanne–Aigle. Route attendue, riche en promesses, avec pour dessein de désengorger les villes et d’absorber les colonnes de trafic encombrant la Riviera, l’A9 est devenue depuis l’échine goudronnée de notre Arc lémanique, et aussi le théâtre d’un être de bois au nez allongé.

Une œuvre
À hauteur de Saint-Légier, treize mètres vingt-sept de pin blanc, un géant de près d’une tonne, un « président » (arbre aux dimensions spectaculaires) côtoie le bitume de près. Sculpté à la tronçonneuse, raboté, poncé et peint, le bois a été travaillé dans l’atelier de charpenterie Volet. Près de huit-cent heures de travail furent nécessaires pour transformer ce « pin président » en… Pinocchio. Né en 2005, il est le cadet d’une fratrie singulière.

Des histoires
Tout commence en 1981, l’entreprise vaudoise de charpenterie, Atelier Volet Charpentier/Bâtisseur, fête ses dix ans. Pour l’occasion, elle se lance le défi de réaliser la plus grande construction en bois possible. Au moment de choisir le modèle, une évidence s’impose: Pinocchio. Ces Geppetto des temps modernes donnent alors vie, une première fois, à un petit garçon de neuf mètres qui, en 2005, cède la place à un frère grandi de quatre mètres. Inscrit dans le Guinness Book des records, ce deuxième ne ravira pas tout le monde et l’entreprise vaudoise de charpenterie devra se battre aux côtés de 12’000 signataires pour le garder. Ils obtiennent gain de cause avec un constat intéressant: Pinocchio est une œuvre d’art et non une simple construction. Entretemps, la débâcle médiatique a interpellé la Fondazione Nazionale Carlo Collodi qui, en 2009, commande à l’entreprise le plus grand Pinocchio du monde (seize mètres) pour l’exposer dans le village de son auteur.