.

.

.

: »On voudra que les gens savront de quoi on allait faire »


Faut-il les prendre au sérieux? Cela ne fait aucun doute. Un son gras et puissant, une musique h
ypnotique et une bonne dose d’humour: Stoneforge, c’est du Heavy Rocking Stoned Blues. Quand on interroge Tom Guns (guitare et chant), Valentin Mc Brain (batterie) et El Capitan (basse) sur l’origine du projet, ils racontent: « Stoneforge naît dans la douleur d’un grenier mal isolé… »

Texte: Maëllie Godard

Photo: Gabrielle Godard

Ils ont été à bonne école: arpentant le Hellfest, le Wacken, mais aussi la scène locale à Guitare en Scène depuis leur plus jeune âge, ces trois musiciens appartiennent à la vague du stoner; un genre qui s’inspire de Black Sabbath et se développe aujourd’hui avec des groupes comme Queens Of The Stone Age. Depuis 2016, on les retrouve sur les scènes de Champmeslé, de L’Usine, du Bouffon de la Taverne, du Rock’n’Eat à Lyon, et bientôt, ils feront vibrer les planches de l’Undertown. Après avoir mieux exploré les scènes régionales, ils rêvent d’apparaître sur le programme du Desertfest et d’autres festivals de métal et de stoner.

Il y a dans leur approche quelque chose de très expérimental, presque de l’ordre de la cuisine. Comme pour la pâtisserie, malgré une liste évidente d’ingrédients incontournables – une basse, une batterie, une guitare et une voix – on peut se demander: quel est le secret pour que la pâte prenne et que le groove naisse? Ils nous expliquent que leur exigence, leur souci du détail, mais aussi  l’osmose musicale qu’ils s’enthousiasment d’observer dans ce trio leur permettent d’explorer les nombreuses possibilités qu’offre le stoner.

La quête du son est sans fin pour Stoneforge. Le bois d’une guitare, les composants qui forment les circuits électroniques d’un ampli ou les pédales qui s’y ajoutent et permettent de tordre, étendre, ou clarifier le son; tout participe à forger le résultat final. Les deux années de préparation et de travail assidu qui ont précédé leur premier concert ont été formatrices: que ce soit au niveau de la technique vocale et rythmique ou du processus de composition, les progrès sont tangibles. La prochaine étape, c’est l’enregistrement d’un EP prévu en 2019. Vous pouvez déjà découvrir leur titre Eternal Night Of The Last Winter (Of Death) en ligne. En parallèle à la création musicale, ils nourrissent l’imaginaire autour du groupe. Ils ont par exemple décidé de travailler sur l’écriture dans la promotion de leurs événements, puis de faire appel au travail d’une graphiste – Gabrielle Godard – pour le design de leur logo et des affiches. À chaque début de concert, ils racontent comment, dépassés par l’horreur, les Dieux du Stoner donnèrent le jour à trois héros. Leur mission: combattre la soupe musicale ambiante avec un groove si redoutable que tout à son contact deviendrait de la pierre… Cette mise en scène participe à rendre leur musique plus percussive sur scène. Ombre et lumière, flashs et fumée; le but est d’exacerber le charisme des musiciens, leur puissance et leur sensibilité.

Retrouvez Stoneforge à L’Undertown le samedi 3 novembre
(Line up: Stoneforge, Hey Satan et Goatfather)

www.facebook.com/StnFrg