Une révolte en quête de liberté

Aller à l’encontre du monde avec le corps, c’est ce que Melissa Cascarino, accompagnée de son acolyte Pascal Gravat, a tenté de retranscrire au travers de la danse et de la musique. Pour ce faire, les deux artistes présentent prochainement WILD ROSE, du 22 au 27 juin au théâtre du Galpon à Genève, où ils emmèneront le public dans l’univers du Road Movie en passant par celui de La Rabbia poetica.

Texte: Lara Liard

Née en 1978 et originaire de Naples, Melissa Cascarino grandit à Paris et devient danseuse, chorégraphe ainsi que pianiste. Passionnée de littérature et de poésie, mais également animée d’une certaine révolte politique, Melissa Cascarino accorde beaucoup d’importance à l’écrivain, cinéaste et scénariste Pier Paolo Pasolini. Imprégnée de l’oeuvre du penseur, elle mène ses propres recherches artistiques. WILD ROSE s’inscrit d’ailleurs dans une recherche globale que la chorégraphe intitule « La rabbia poetica » et qu’elle mène depuis plus d’un an d’après le documentaire unique en son genre La Rabbia (1962) de Pasolini. Mais elle n’y centre pas tout son concept, WILD ROSE étant une création extraite du Road Movie dans la radicalité et pureté du genre.

Dans les années vingt, notamment aux États-Unis, apparaît un nouveau type cinématographique qui exploite le thème de la route et des grands espaces, afin de présenter des personnes en rupture avec leur environnement, en fuite, à la recherche de liberté.
Dans cet esprit-là, Melissa Cascarino présentera trois étapes d’intensité dans son travail chorégraphique. D’abord, la déprise, le moment où l’on prend la route avec un sentiment d’arrachement à une société contraignante, ce qui caractérise une mise en mouvement du corps et de la pensée, tels un élan ou une impulsion. S’ensuit la notion de durée, d’être sur la route, d’avaler l’espace et de profiter de la liberté. Finalement, une réaffirmation de ce mouvement prend place, comme pour confirmer cette liberté et qu’il n’y a pas de retour au point de départ, ni de résolution, mais une nouvelle plongée dans l’inconnu, à perte de vue.

L’artiste plongera son public dans une ambiance mystérieuse et poétique entre motel et bar nocturne, station-service ou restaurant dans la lande désertique. Une balançoire au centre de l’espace comme moyen de locomotion berce les protagonistes dans l’ivresse du soulèvement et la possibilité de l’envol. Chaque spectateur∙trice, ou même voyageur∙euse est pris∙e dans le balancement du mouvement qui unit cet homme et cette femme accrochés l’un à l’autre contre vents et marées.

Pour l’écriture de WILD ROSE, l’amatrice d’écriture poétique décide de solliciter Pascal Gravat, qui est notamment chanteur et lui aussi danseur-chorégraphe. En bref, une femme au piano et un homme au micro. Il l’accompagne dans la création musicale, l’interprétation ainsi que la danse. En ce qui concerne le concept, la chorégraphie, la scénographie et les textes, Melissa Cascarino en est à l’origine.

WILD ROSE, c’est donc un « essai chorégraphique comme genre poétique », tel que défini par elle-même, une manière d’affirmer ses indignations politiques. C’est un mélange d’émotions allant de la rage au rire, provoquant finalement « ce mouvement qui soulève », la déprise, auquel fait référence Melissa Cascarino dans son œuvre. En effet, ses personnages sont « en quête d’un absolu, s’élancent insoumis et à corps perdus dans un inconnu idéalisé ». WILD ROSE est alors un « road trip chorégraphique et musical » rempli d’excès et de passion.

WILD ROSE
Du 22 au 27 juin 2021
Théâtre du Galpon, Genève
www.galpon.ch/wild-rose